Beika Street

Communauté Francophone de Detective Conan. Nous y parlons du manga, de la série télé, des films et de plein d'autres choses encore...


    SERA MASUMI….L’ENFANCE D’UNE DETECTIVE!

    Partagez
    avatar
    DaiKun
    Bob l'éponge

    Messages : 5

    SERA MASUMI….L’ENFANCE D’UNE DETECTIVE!

    Message par DaiKun le Lun 21 Déc - 22:50

    SALUT !


    C’est la première partie d’une fiction visant à vous faire part d’une théorie qui sera séparée en plusieurs parties et qui n’est que purement théorique, basée sur plusieurs personnages, certains éléments racontes dans le manga, et mes propres idées.
    Je la laisse à vos yeux d’experts, en espérant qu’elle vous plaira !



    PROLOGUE

    - Alors comme ça, tu allais souvent en vacances quand tu étais enfant ? Dit Sonoko.
    C’était la fin des cours, Sera qui marchait à côté de Conan et Ran, la regarde et dit :
    - En effet, quand mon père est mort, on devait se changer les idées, et on a de ce fait beaucoup voyagé.
    - Tu dois vraiment être riche pour te payer des séjours comme ça ! Dit Ran.
    - Ah non, c’est l’ami de mon père qui nous les payait.
    - « Encore lui ? C’est vraiment un ami très généreux » remarque Conan, en marquant une pointe d’ironie.
    - Et quel est le voyage qui t’a le plus marqué ? Demande Sonoko.
    Elle sourit et dit :
    - C’est surement ces vacances inoubliables.
    - Des vacances ou ça ?
    - Dans un lieu magnifique, qui fait rêver bien des couples, c’était à….
    - Oh qu’ils sont beaux ! Dit un groupe d’enfants devant la vitrine d’une animalerie, en train de fixer un aquarium rempli de poisson.
    - C’est vrai, on dirait des danseurs qui s’amusent comme des fous, dit Ran à son tour.
    Sera, un peu à l’écart, reste interloquée en voyant les poissons dans l’aquarium, et une voix lui revient alors en tête : « Ils sont le berceau de la mer »
    Elle sourit, et jette un coup d’œil vers Conan qui regardait lui aussi l’aquarium avec le sourire :
    « C’est comme cette fois ou je t’ai rencontrée, cette fois-là ou j’ai compris que tu n’étais décidemment pas comme les autres…Shinichi Kudo ! »







                   SERA MASUMI….L’ENFANCE D’UNE DETECTIVE!

                                 





    [left]

    CHAPITRE 1 : RENCONTRE ENTRE DEUX FUTURS DETECTIVES, (Il y’a dix ans)

    - Sera !
    La petite fille âgée de sept ans, qui était en train de se baigner dans la mer lève la tête pour voir qui l’avait appelé, et incroyablement souriante, sort de l’eau à toute vitesse, ses pieds courant à toute allure sous le sable fin et doux.
    - SHUUKICHIIIII !!!!
    Elle se met à courir vers un ado de seize-dix-sept ans vêtu d’un t-shirt bleu et d’un short de plage blanc, et se jette dans ses bras.
    - Ca va petite sœur ?
    Il la lâche, puis elle dit :
    - Oui super !!!! Je ne savais pas que tu venais, pourquoi tu ne me l’as pas dit ?
    Elle prit un air sévère en disant ça, qui fit cependant beaucoup marrer son petit frère.
    - Désolé Sera, maman m’a appelé pour me demander de venir pour rester avec toi pendant qu’elle partait.
    - HEIN ? Mais elle est où ?
    - Elle a dû partir pour le travail, elle aurait aimée rester avec toi, mais elle n’avait pas le temps.
    - Alors elle est encore partie…
    La petite Sera fut très triste d’entendre cette nouvelle, elle ne voyait pas beaucoup sa maman, et les moments qu’elle passait avec elle était très rares.
    Depuis qu’ils étaient arrivés à Hawaii, elle était souvent en mission pour son boulot « secret. »
    - Tant pis, dit-t-elle résignée, et tu as des nouvelles de Shuu-nii ?
    - Il est encore aux États-Unis, on va le rejoindre dans quelques jours !
    - Super, j’ai trop hâte de le revoir !
    Puis elle prend un air triste !
    - Qui y-a-t-il ? Demande le grand-frère étonné, tu n’es pas contente ? Je pensais que tu serais plus enthousiaste.
    - C’est juste que…j’ai l’impression que y’a des tas de choses qui passent à côté de moi sans que je le sache, depuis que…que…
    Des larmes se mettent à couler sur son visage.
    - Depuis que papa est…est…
    Shuukichi ébouriffe affectueusement les cheveux de Sera, essuie ses larmes, et dit :
    - Il te manque, comme à nous je le sais, mais écoute petite sœur, tu sais il ne sera pas toujours parti, tu le reverras un jour.
    - Vraiment ?
    - Promis, et d’ici là, sois-sûr que quoi qu’il arrive,  moi maman et Shuichi, on sera toujours là pour te protéger.
    Sera reprend son sourire triomphant :
    - Moi aussi ! Je vous protégerais tous, et papa sera fier de moi !
    - Bien dit championne !
    - Tu viens te baigner ?
    - Non, je vais rester un peu à bronzer, Vas-y, et sois-prudente !
    - Promis !
    En de grandes enjambées, Sera replonge dans l’eau aussi vite qu’elle en est sortie, sous les yeux de son frère qui se retourna sur une nappe pour se reposer.
    Alors qu’elle était en train de faire de grandes longueurs, Sera pensa à son frère qui était aux États-Unis.
    Comment allait-t-il, et qu’est-ce qu’il y faisait ?
    Après tout, c’est depuis la mort de son papa il y’a trois mois que Shuichi Akai est parti aux États-Unis.
    Elle recevait cependant quelques lettres lui disant qu’il allait bien, qu’elle lui manquait, mais sans jamais qu’il lui dise ce qu’il faisait actuellement, ce qui n’était pas faute pourtant de demander.
    Elle se revoit demander : « Maman, il est ou mon grand-frère ? » « Shuukichi, il va bien Shuu-nii ? »
    Malheureusement, tout ce que sa mère lui a dit c’est que son frère travaillait dans un bureau très important ou bossait son papa, et Shuukichi ironisait en disant « qu’il avait dû rencontrer des jolies filles, et retarder son retour. »
    Sera, qui n’est pas dupe, ne crut pas un instant aux âneries de son grand-frère, mais elle espérait, et elle espère toujours, que son grand-frère va bientôt revenir !
    Elle ressort de l’eau.
    « Mais tu ne peux pas, tu ne pourras jamais être à la hauteur de tes frères, ils ont vécus tellement de choses, c’est juste…
    - Impossible !
    Elle tourne la tête.
    Deux enfants d’à peu près son âge, une petite fille avec un maillot de bain à fleurs, les mains sur les hanches parlant avec acharnement à un garçon.
    Elle avait une coiffure très stylisée, trouvait Sera, avec des mèches baissés sur le devant du front, et une autre formant au-dessus du front une pointe rectangulaire stylisée.
    Le petit garçon abaissé un peu devant elle, s’attelait à l’ouvrage d’un château de sable, et tentait de faire tenir un fanion dessus.
    Les premiers mots que Sera trouva pour le décrire furent « arrogant » mais « beau. »’
    L’attitude de ce garçon qui ressemblait selon elle d’avantage à un « monsieur je sais tout » l’énervait et lui donnait envie de se joindre à la fille pour le disputer.
    Mais d’un côté elle ne pouvait s’empêcher de se sentir attiré par lui.
    Peut-être était-ce cette détermination qui semblait émaner de lui, ses cheveux qui partaient dans tous les sens et qui ne la dérangeait pas, ou cette confiance en soi qui pouvait être aussi énervante qu’intrigante.
    - Je te dis que ce fanion ne tiendra pas, il y’a trop de vent ! Répète la fille.
    - Il va tenir, aussi sûrement que je suis le fils du célèbre écrivain, Yusaku Kudo !
    La petite fille soupire.
    - On devrait déjà être rentré, ma maman et la tienne vont nous gronder.
    - T’as qu’à rentrer, moi je reste !
    - T’es qu’une tête de mule !
    Agacée, la petite fille tourne les talons, et file en courant.
    - Je te jure, qu’est-ce qu’elle a ? Elle verra bien, à dire sans arrêt que je serais jamais à la hauteur de la réputation de mon père, elle le verra un jour, que je deviendrai le détective le plus connu de tout le Japon !
    - T’es un idiot !
    Sera venait de s’approcher, main croisée dans le dos.
    - T’es qui toi ? Demande le garçon.
    - Je m’appelle Sera, j’étais à côté et je vous ai entendu vous disputer comme un couple.
    - On n’est pas un couple.
    - Vous vous disputez comme un mari et une femme.
    - De toute façon pourquoi tu es là ?
    - Comment pourrais-tu y’arriver ?
    - A quoi ?
    - Comment pourrais-tu devenir le meilleur détective de tout le Japon, avec un caractère à la con comme ça ?
    Le garçon la regarde de haut, vexé !
    Il se lève, la regarde dans les yeux et dit :
    - Parce que j’en ai marre de voir des méchants courir après des crimes et s’en sortir comme s’il n’avait commis aucuns délits, alors, je suis mon père dans ces enquêtes, et le fait de les voir les résoudre, dénoncer les criminels avec autant de facilités…je veux être comme ça plus tard, traquer les criminels jusqu’au bout, et les livrer à la police pour qu’ils ne fassent plus de mal.
    Il se retourne, tend les bras, saisit son seau et dit :
    - Bon j’y vais !
    - Attends !
    Il tourne la tête, lassé.
    - Comment tu t’appelles ?
    Après une petite seconde d’hésitation, il dit :
    - Shinichi Kudo, Détective !







                                                                                  CHAPITRE 2
                                                                 DEUX PETITS DETECTIVES EN DANGER


    Tout en se faisant discrète, Sera marchait dans les rochers de façon à ne pas se faire remarquer.
    Après l’avoir quitté, le garçon s’était aventuré ici dans la zone de pêche pour une raison qu’elle ignorait, mais elle était bien décidée à le savoir.
    Malheureusement, elle avait perdu sa trace.
    - Ou es-tu ?
    Cet endroit ne l’inspirait pas, il n’y avait personne, et elle sentait qu’elle devait retourner auprès de son frère.
    Shuukichi allait finir par se demander ce qu’elle faisait.
    - Qu’est-ce que tu fais là ?
    Elle se retourne, Shinichi, le garçon de tout à l’heure était derrière elle, son seau à la main, une bandoulière.
    - Je…je me promenais juste toute seule.
    - Arrête de raconter des bêtises, je sais que tu me suivais.
    Sera ne dit rien qui pourrait la trahir, mais elle laisse échapper une grimace.
    A force de marcher pieds nu sur les rochers, a l’inverse de Shinichi qui lui portait des chaussures de plages, elle s’était ouvert les pieds.
    Elle s’assit, et touche son pied droit qui commence à lui faire mal.
    - Assied toi, je vais te soigner.
    - Tu vas me soigner ?
    - Ouais, J’ai juste besoin de…Ah, voilà !
    Il s’approche d’une petite brique de bois dont la largeur et la longueur sont facilement égale au pied de Sera il nettoie la brique de bois, et se rassoit.
    - Tu es sur de ce que tu fais ? Demande Sera, pas très rassurée.
    - Ouais, mon père m’a appris à faire un bandage.
    Il prend une bouteille de désinfectant dont il fait couler quelques gouttes sur un morceau de coton, et l’applique ensuite la partie abimée du pied.
    - Aie ça pique !
    - Evidemment, arrête de gigoter, je dois maintenant faire la compresse.
    Bien qu’elle n’ait pas du tout confiance, elle lui tend son pied que Shinichi pose sur sa jambe gauche.
    Il ouvre ensuite sa bandoulière, et prend une grosse compresse, ainsi qu’un ciseau avec lequel il coupe une importante taille de pansement.
    Il passe la compresse sous son pied, puis au-dessus, avant de la faire repasser entre les orteils.
    Finalement, il fait un nœud solide, pour que le bandage soit fixé.
    - Ca y’est ! J’ai fini, dit-t-il en rangeant ses affaires dans sa sacoche.
    - Déjà ?
    - Oui, tu vas devoir la garder pendant trois ou quatre jours, mais j’ai bien désinfecté la plaie, il n’y a plus de risques d’infection.
    - Ah…merci !
    Elle tente de se relever avec l’aide de son pied gauche, Shinichi prend son bras, et le passe autour de ses épaules.
    - Tiens-toi à moi, on va retourner à la plage, nos familles doivent s’inquiéter.
    - Euh…oui !
    Shinichi et Sera repartent vers la plage, Sera grimace de temps en temps à cause de la douleur de son pied, mais elle sent que le bandage lui fait un peu de bien.
    - Merci !
    - De rien, dit Shinichi en souriant.
    - Et donc, pourquoi étais-tu là ?
    - Parce que je voulais pêcher des poissons !
    Il montre son seau rempli de poissons à Sera.
    - Il n’y en a pas beaucoup.
    - Ouais, il n’y en avait pas beaucoup tout à l’heure déjà.
    - Pour quelle raison voulais-tu pêcher des poissons ?
    - Parce que aujourd’hui est un jour très important pour moi !
    - Il va se passer quelque chose de bien ?
    - Oui, parce qu’en fait aujourd’hui…
    Mais Shinichi s’interrompt.
    Devant lui, entre des rochers, il vit un bateau accosté, comme échoué.
    - Qu’est-ce que ce bateau fait la ? Demande Sera.
    - Je ne sais pas, je vais aller voir s’ils ont besoin d’aide, reste ici !
    - Non, je viens.
    - Tu es blessée au pied !
    - Pas de soucis !
    Elle se penche et ramasse un gros morceau de bois qui trainait par-là, qu’elle place sous son épaule gauche.
    - Il n’y a pas de rochers, je ne risque pas de me blesser en marchant, allons-y, dit-elle en faisant un clin d’œil.
    Résigné, Shinichi hausse les épaules, et accompagné de Sera, s’approche du bateau, méfiant.
    Au début, il avait pensé que ce bateau n’était qu’une vieille barque abandonnée, et que ceux qui étaient à l’intérieur étaient en danger, mais au final, ce bateau est propre, en bon état, et il n’a pas d’éraflures.
    - T’as pas encore fini ?
    Shinichi et Sera s’arrêtent en entendant cette voix, d’un doigt sur la bouche, Shinichi lui conseille de ne pas faire de bruit.
    Sera, prend sa canne de bois, et suit prudemment Shinichi qui contourne le bateau, une fois qu’ils arrivent au bout, ils remarquent dans une petite crevasse légèrement profonde, des hommes en train de pêcher des poissons.
    - Qu’est-ce qu’ils font là ? Demande Sera, tu crois qu’ils se sont perdus, et qu’ils ont besoin d’aide ?
    - Chut ! Dit Subitement Shinichi alors que les deux pêcheurs reprennent leur discussion.
    - Imbécile, on doit se dépêcher, la cargaison doit arriver à Tokyo avant demain matin.
    - Je sais, me presse pas.
    - Si la cargaison n’arrive pas, le client ne voudra plus faire affaire avec nous.
    - Crétin, ne parle pas de ça ici.
    - Oups, escuse !
    - Ils ont l’air louches, tu ne trouves pas Shinichi ?
    Mais ce dernier venait de s’éclipser et de monter à bord du bateau.
    - Qu’est-ce que tu fous ? Murmure Sera.
    Mais Shinichi avait déjà emprunté le pont pour monter sur le bateau ! Sera, bien que boitant toujours, le suit à l’intérieur.
    - Ça pue le poisson.
    - Rien d’étonnant pour des pêcheurs ! Réplique Shinichi.
    Ils s’approchent alors d’une porte située au fond du bateau.
    - N’y va pas ! Dit Sera.
    Mais trop tard ! Shinichi avait déjà poussé la porte.
    - Allez viens, on y’est !
    Sera rentre après Shinichi, et laisse échapper un frissonnement.
    - Waouh, qu’est-ce qu’il fait froid, c’est quoi cet endroit ?
    - On dirait une chambre froide.
    - Une quoi ?
    Shinichi s’approche d’une grosse boîte qu’il ouvre.
    - Qu’est-ce que c’est ? Demande Sera en regardant par-dessus l’épaule gauche de Shinichi, C’est des poissons
    - Bizarre !
    - Quoi ?
    - On dirait que l’estomac de ce poisson a été recouvert, et ensuite recousu.
    - Mais pourquoi ?
    Shinichi se met à réfléchir, puis subitement, prend le poisson, un couteau qui trainait sur une table pas loin, pose le poisson dessus, et se met à l’ouvrir dans le sens de la longueur.
    - Ohé !
    - Je m’en doutais, dit-il sur un ton grave.
    - Tu te doutais de quoi ? Laisse-moi voir…
    Mais Sera recule d’indignation en voyant le  poisson.
    A l’intérieur de son estomac, une dizaine de sachets rempli de poudre blanche était soigneusement à l’abri au milieu de ses entrailles.
    - Est-ce que c’est…de la drogue ?
    - Oui !
    Le ton de Shinichi avait changé, remarque Sera, plus grave, plus sérieux.
    - On a affaire à des trafiquants de drogue !
    - Tu as bien raison !
    Shinichi et Sera se retournent, surpris.
    Les pêcheurs de tout à l’heure, étaient remontés tous les deux à bord du bateau, et braquaient une arme sur eux.
    L’un était gros, mais grand avec une corpulence assez carrée qui, d’après Shinichi, ne correspond pas du tout à son poids.
    L’autre, était blond, avec des mèches de la même couleur qui lui donnaient des cheveux longs.
    - On dirait qu’on a des passagers clandestins mon pote.
    - Tant mieux, tu sais ce qu’on dit, plus on est de fous, plus on rit.
    - Alors vous êtes bel et bien des trafiquants de drogue finalement.
    Sera se blottit derrière Shinichi, effrayé par ces gorilles.
    - Notre business a été découvert.
    - Vous avez pêchés des tas de poissons, explique Shinichi,  planqués la drogue dedans, et de cette manière, vous pouvez la faire passer clandestinement à travers les pays.
    - Ouais, ça marche du tonnerre.
    - Vous ne pensez pas à la mer que vous dépeuplez en tuant ces pauvres poissons ? Ces mêmes poissons que vous remplissez de votre drogue ?
    - On en a rien à battre figure-toi ! Dit le mec aux cheveux longs.
    - Vous croyez pouvoir vous en tirer aussi facilement ?
    - Qu’est-ce qui pourrait nous en empêcher ? Vous vous apprêtez à rejoindre les poissons, vous n’allez rien dire.
    - Peu-importe, peu-importe que vous vous enfuyez, peu-importe ce que vous faites, vous êtes et resterez toujours des criminels, la vérité finira toujours par vous rattraper.
    - Garde tes belles paroles pour l’autre monde.
    Le blond pointe son arme sur Shinichi et Sera.
    Cette dernière, complètement terrifiée avait lâché sa canne de bois, et agrippait les épaules de Shinichi, gémissante.
    « J’aurais dû rester avec Shuukichi…pourquoi ne suis-je pas resté ? Est-ce le moment où je vais retrouver papa…sans avoir pu leur dire au revoir ? A Shuukichi, maman…Shuu-nii…est-ce la fin ? »
    - N’aie pas peur !
    Sera relève la tête.
    - Si tu as peur d’eux, ils auront gagné, alors Sera…ne leur donne pas cette satisfaction !!!!
    Sera reste bouche bée, puis esquisse un sourire rassuré.
    - Adieu !
    Au même moment, une sirène se met à sonner.
    - C’est quoi ce délire ?
    Le Blondinet qui allait tirer se retourne, au même moment une voix se fait entendre de loin.
    - POLICE ! VOTRE BATEAU EST MAINTENANT ENCERCLE ! RENDEZ-VOUS SANS FAIRE D’HISTOIRE !
    - IMBECILES ! Se met à hurler le blondinet, on a des otages et on hésitera pas à…
    - Clac !
    Le type s’arrête de parler, son complice le mec grand et gros, pointe son arme derrière sa tête.
    - Comme ils l’ont dit, rends-toi !
    - T’as craqué Touji ?
    - Je ne  m’appelle pas Touji, je ne suis que l’auteur de best-seller (il porte sa main à son visage) et père de cet incroyable petit garçon (il retire un masque en latex) Yusaku Kudo !
    - Hein ?
    Le blond recule contre le mur auquel il se cogne avant de tomber dans les pommes.
    -  Yusaku Kudo ? Est-ce que c’est…commence Sera.
    - Oui, dit Shinichi avec mauvaise humeur, c’est mon papa.












    CHAPITRE 3 : UNE FACILITE REMARQUABLE A FAIRE SOURIRE

    - Comment ça tu savais qu’on était là ? Gronde Shinichi.
    - Oui, je vous avais vu du coin de l’œil.
    - Et tu ne nous as pas empêchés de monter ?!
    - Eh bien, je voulais au début, mais j’étais vexé de voir que tu prenais un risque aussi fou que je voulais te donner une leçon.                                                                                                                                                                      
    - Et comment tu as été impliqué dans cette affaire ?
    - En fait, j’avais entendu parler par la police locale de cette affaire de trafic de poissons, alors j’ai enquêté, et j’ai découvert que cet homme faisait son trafic odieux par l’intermédiaire de ces poissons, alors on a arrêtés son complice, et on voulait le coffrer demain pour l’échange.
    Mais quand je t’ai vu, j’ai eu peur qu’il vous arrive quelque chose, alors j’ai prévenu la police pour qu’ils arrivent, et on a arrêtés cet homme sans problèmes.
    - Pas la peine, on…on aurait parfaitement géré la situation.
    - Il valait mieux être sûr, ne fais pas cette tête Shinichi, c’est réglé maintenant.
    - Ouais, mais quand-même.
    - Ah, et je vois que tu t’es faits une nouvelle copine ?
    Yusaku regarde Sera qui se met à rougir.
    - Elle ? Non, c’est juste une fille que j’ai rencontré et qui me colle depuis des heures.
    - Je te colle pas, c’est juste que…j’avais peur que tu fasses des bêtises.
    - Bien je vois, ou sont ton papa et ta maman.
    - J’ai dû fausser compagnie à mon grand-frère, je vais essayer de le retrouver.
    - D’accord, bien je vous laisse, Shinichi, ne tarde pas, tu as un cadeau à offrir, pas vrai ?
    Ce dernier hoche la tête, tandis que son père repart.
    - Tu avais raison, tu pourrais devenir un grand détective plus tard.
    - Hein ?
    - Tes paroles ! Elles avaient quelque chose de fort.
    - Pff, j’ai juste entendu mon père dire ces mots et je les trouvais cool.
    Mais en voyant ses joues toutes rouges, Sera fut convaincu qu’il mentait.
    - Et toi ? Tu ne m’as pas beaucoup parlé de ta famille.
    - J’ai perdu mon papa récemment, et ma famille s’est un peu divisée, mon frère est en Amérique depuis longtemps, il me manque.
    - Alors tu ne dois jamais l’oublier.
    - Hein ?
    - Une absence peut-être insurmontable quand il n’y a plus de souvenirs, mais quand nos souvenirs sont forts, lorsqu’on revoit une personne partie depuis longtemps, la joie de le retrouver…est plus intense !
    - Humm !
    - Quoi ?
    - La façon dont tu parles, tu as un donc incroyable pour faire sourire !
    - Shinichi !
    Une voix les interrompt.
    La fille qui était avec Shinichi tout à l’heure, se met à courir avec elle.
    - C’est celle qu’était avec toi tout à l’heure non ?
    - Oui !
    Il se met à rougir légèrement, tenant fermement l’anse du seau avec les poissons dedans.
    - Bon, je vous laisse !
    Sera fait demi-tour, et repart à pied dans le sens inverse.
    - C’est la petite fille qui jouait près de nous tout à l’heure non ? ?
    - Oui !
    - C’est quoi ce seau ?
    Sera qui était légèrement éloigné put de ce fait entendre du coin de l’oreille.
    - J…Joyeux anniversaire Ran.
    - Pour moi ? Génial, merci Shinichi.
    Sera souri, tourne sa tête vers son nouvel ami, et pense :
    - « Peut-être une future rivale, qui sait ? »
    Elle ajoute ensuite :
    - « Qui sait ? Peut-être aurons-nous la chance de nous revoir un jour, Shinichi Kudo ? »
    - Sera !!!
    Elle tourne la tête, Shuukichi arrive en courant.
    - Grand-frère !
    Elle court vers lui, boitillant toujours, Shuukichi s’agenouille, et la sert contre lui.
    - Tu vas bien ? Ou étais-tu ? Je me suis fait un sang d’encre, et…mais tu es blessé ?
    - Non, ça va mieux maintenant, j’ai rencontré un bon guérisseur.
    - Je vois…bon allons-y !
    - Ou ça ?
    - Je t'ai ramené quelqu'un !
    - Qui ?
    Shuukichi regarde écarte légèrement la tête, et derrière lui, un garçon d'une vingtaine d'années avec une casquette, et une veste à capuche noire sourit et dit :
    - Ca va...petite sœur ?
    - Shuu-nii... ?
    Passé l’étonnement, Sera sourit grandement, et fonce vers son grand frère qui l'attendait agenouillée bras ouverts écartés.
    - Ça faisait si longtemps...
    Les larmes de Sera se mettent à couler sur les épaules de son grand-frère.
    - Je sais, mais je vais rester...au moins plus longtemps !




    (Aujourd’hui Smile

    "Revoir mon grand-frère ce jour-là, alors que je ne m'y attendais pas, c'était extraordinaire, tous comme ces mots dont je suis tombé amoureux, les tiens...Shinichi Kudo !"

    Sera regarde Conan en continuant de sourire, Sonoko s’en apercevant dit :
    - Qu’est-ce qu’il y’a Sera ? Demande Sonoko.
    - Tu as l’air contente ! Dit Ran d’un ton enjoué.
    - Ah…en fait je repensais à un bon souvenir, c’est tout !
    - Quel bon souvenir ?
    Sonoko et Ran partent en compagnie de Sera.
    - Le jour où j’ai rencontré…un homme incroyable !
    - Ton premier coup de cœur ? Dit Ran.
    - Raconte ! Raconte !!!! Dit Sonoko.
    Elles tournent à l’angle du mur, et Conan resté en retrait dit :
    - De quoi elles peuvent bien parler ?

      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 0:33