Beika Street

Communauté Francophone de Detective Conan. Nous y parlons du manga, de la série télé, des films et de plein d'autres choses encore...


    Les One Shot de Eclipse

    Partagez
    avatar
    Eclipse
    Poirot
    Poirot

    Messages : 195

    Les One Shot de Eclipse

    Message par Eclipse le Mer 15 Avr - 0:20

    Bon, allez, je suis courageuse donc je vais poster certaines de mes fics ici (mais pas toutes, juste les récentes, et surtout parce que j'arrive pas à les poster sur ff.net pour l'instant parce que ça beug pour être parfaitement honnête Razz ). Du coup ce topic servira à poster les fics en elles-mêmes et les commentaires se feront [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Voili voilou!

    Infos pour les deux One Shot à venir :

    Bêta lecteur : Deky

    Fic initialement écrites pour un concours sur Beika (datant de 2013 quand même) qui a été abandonné. J'espère que vous apprécierez quand même ! x)
    Bonne lecture! Smile

    ______________________________________________________________________________

    Plus tard, je serais détective


     C'était vraiment une belle journée. Il faisait beau, pas trop chaud, le soleil dispensait une chaleur agréable. Un temps idéal pour sortir et jouer dehors et justement, les Détective Boys en profitaient !
     Ils s'étaient donnés rendez-vous dans le parc de Beika, comme à leur habitude, et cherchaient à décider du jeu qui les occuperait pendant la matinée. Jouer à cache-cache ne les enchantait pas trop, sachant que Conan aurait vite fait de les trouver, idem pour le foot où il avait la fâcheuse tendance de battre tout le monde. Et quand il s'agissait d'enquêtes aussi, il avait toujours un train d'avance. Si bien que la discussion, qui portait initialement sur le choix d'un jeu, dériva de façon inattendue.
     -Mais au fait Conan, pourquoi est-ce que tu as envie de devenir détective ? Demanda soudain Mitsuhiko.
     -Hein ? Pourquoi tu me demandes ça soudain ?
     -C'est vrai ça, tu nous as jamais dit ! S'exclama Ayumi.
     Conan parut soudain singulièrement mal à l'aise. On pouvait le voir rougir légèrement.
     -Hum, je ne sais plus, c'est juste que mon père était fan d'enquêtes ! On cherchait un jeu ! On pourrait jouer au base-ball tiens !
     Cette fois, aucun des Détectives Boys ne parut dupe qu'il cachait quelque chose, et Ai se fit un malin plaisir de revenir sur le sujet visiblement sensible avec son petit sourire coutumier.
     -Tiens, notre grand détective aurait quelque chose à cacher ?
     -Non, pas du tout ! Répliqua Conan avec une telle tête que personne ne le cru.
     -Allez, raconte-nous ! Fit Ayumi, l'air impatiente.
     Conan chercha désespérément à détourner leur attention, mais sans succès.
     -Allez, raconte ! Lâcha Genta, mi curieux, mi agacé. Pourquoi tu veux pas nous le dire ?
     -Ça n'a aucun intérêt, leur assura Conan.
     -Qui sait ? Sourit Ai. Laisse nous en juger !
     Les autres hochèrent la tête et Conan abdiqua en soupirant.
     -Eh bien...


    Plusieurs années auparavant...

     C'était une belle journée. Yukiko avait emmené son fils jouer dans le parc. Ce dernier la suivait, déjà accro au ballon, s'amusant à faire rebondir la balle sur son genou ou avec son pied mais il était encore un peu maladroit, la balle s'échappait souvent.
     Ils arrivèrent au centre du parc, où Shinichi s'amusa alors à faire rebondir la balle contre un tronc d'arbre tandis que sa mère le regardait faire, attendrie. Néanmoins, il ratait encore très souvent sa cible et devait souvent aller la chercher. Au début, Yukiko s'inquiétait de ne pas le voir revenir tout de suite, car la balle partait parfois loin, et puis elle finit par s'y faire. Une connaissance la distraie  alors totalement de son fils et elle ne le vit pas retourner chercher une énième fois la balle, absorbée par sa discussion.
     Shinichi s'éloigna encore une fois beaucoup de sa mère, la balle ayant roulée jusqu'à l'autre bout du parc, emportée par son élan et le sol parfois en pente douce à cet endroit. Shinichi tentait vainement de la rattraper mais sa petite taille et sa maladresse d'enfant ne lui permettait pas encore d'aller très vite.
     La balle s'arrêta finalement aux pieds d'une bande d'enfants un peu plus âgés que Shinichi.
     -Eh, super, regardez, une balle ! S'exclama l'un deux.
     Shinichi vint se planter devant eux, essoufflé.
     -C'est la mienne, indiqua-t-il. Vous pouvez me la rendre s'il vous plaît ?
     Le groupe échangea des regards avant de se tourner vers lui.
     -Nan, on veut pas te la rendre.
     -Tu permets qu'on joue un peu avec, dis ?
     -Non ! S'exclama Shinichi, qui n'avait pas saisit la menace dans leurs voix. Rendez-la moi.
     Un éclat d'énervement passa dans les yeux du chef du groupe qui s'avança vers lui, agressif.
     -T'as pas compris, minus. Ta balle, maintenant, elle est à nous, c'est clair ?
     Mais non, dans l'esprit de Shinichi, ce n'était pas clair. Cette balle lui appartenait, pourquoi devrait-il la leur donner ? Surtout au vu de leur comportement méchant ! Son sens de la justice hérité de son père n'était absolument pas d'accord avec ça.
     -Non, rendez-la moi !
     Cette fois, le garçon en face de Shinichi perdit patience et bouscula ce dernier, le faisant tomber.
     -Dégage petit ! On te l'a dit, la balle est à nous maintenant ! Alors laisse-nous jouer !
     Shinichi se remit rapidement sur pieds, furieux.
     -Vous n'avez pas le droit de me la prendre, c'est la mienne !
     La bande s'avança pour soutenir son chef, l'air prêt à en découdre. Shinichi fut à nouveau bousculé mais continuait de se lever avec entêtement, cherchant à récupérer son bien, malgré les bleus qu'il commençait à accumuler.
     La situation était sur le point de dégénérer d'avantage, les assaillants étant prêt à y aller à coup de poing et de pied tous en même temps cette fois, si une arrivée soudaine ne les avait pas interrompus.
     Une claque à l'arrière de la tête du chef du groupe le fit pousser un cri et lui fit aussitôt tourner la tête. Ses comparses qui n'avaient pas bougé reçurent un traitement semblable jusqu'à ce que plus aucun ne fasse attention à Shinichi.
     Un homme se tenait devant eux. Il portait un chapeau, un long manteau et avait une pipe à la bouche. Il toisait la bande d'enfants avec un air sévère.
     -Qu'est-ce que vous fabriquez les enfants ? Vous vous en prenez à plus jeune que vous ? Vous faites de la peine à voir ! Auriez-vous seulement eu le courage de faire ça seul ?
     Son ton, bien que clairement réprobateur, restait dans les acceptables, il ne criait pas. Pourtant, ses paroles eurent autant d'effet que s'il s'était mis à hurler. Les coupables se recroquevillèrent, l'air soudain désireux de disparaître dans un trou de souris.
     -On voulait juste jouer m'sieur, lui assura leur chef.
     -Ah oui, jouer ? En frappant plus jeune que vous ?
     -Non, mais s'il avait bien voulu nous donner son ballon, tenta l'un d'eux...
     Le regard de l'homme se durcit, et cette fois le groupe pris ses jambes à son cou, criant de vagues « Pardon ! » et « On le fera plus ! » dans leur débandade.
     L'homme s'approcha de Shinichi, ramassa son ballon et lui tendis.
     -Tiens petit. Tu as bien fait de leur tenir tête. Face à des gens comme ça, il ne faut surtout pas se laisser faire !
     Shinichi prit la balle en hochant la tête, de l'admiration dans les yeux. L'allure de l'homme lui rappelait celle sur un des livres de son père.
     -Merci monsieur. C'est vous Sherlock Holmes ?
     L'homme parut surpris, mais sourit et inclina son chapeau.
     -On peut dire ça. Enchanté petit. Prend soin de toi !
     Et il s'éloigna sous le regard admirateur de l'enfant, qui, voyant la classe et l'assurance de cet homme, se fit alors une promesse.
     « Plus tard, je serais détective ! »
     Comme ce monsieur...

     -Sérieux ? S'exclama Genta . Pourquoi tu t'es pas défendu ?
     -Je ne pouvais pas ! Expliqua Conan, exaspéré. Ils étaient plus âgés et plus nombreux.
     -Mais t'as les gadgets du professeur Agasa, non ?
     -Je ne les avais pas encore.
     -Tu as vraiment rencontré Sherlock Holmes ? Demanda Ayumi, émerveillée.
     -Non, il s'agissait probablement d'un autre détective ou bien d'une ressemblance fortuite, déclara Ai, qui avait gardé son sourire ironique sur les lèvres pendant presque toute l'histoire. Mais pour un enfant de cet âge, ça doit être quelque chose de marquant, en effet !
     Le rouge remonta aux joues de Conan, qui tourna la tête.
     -C'est bon, j'avais dit que ce n'était pas intéressant.
     -Mais c'est bien ! Sourit Ayumi. Grâce à lui maintenant, tu sais te défendre et tu pourras devenir détective sans problème plus tard !
     -Euh... Oui, répondit Conan en souriant.
     La discussion dériva sur autre chose et le jeu débuta enfin. Alors qu'il attendait son tour pour jouer au base-ball, Conan sourit en repensant à tout le chemin parcouru depuis.
     Ça y est, c'est fait, songea-t-il. Je suis devenu un détective en tant que Shinichi Kudo, le détective lycéen. Et bientôt, Shinichi reprendra du service...


    Dernière édition par Eclipse le Mer 15 Avr - 0:22, édité 1 fois


    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
    Pierre Bottero
    avatar
    Eclipse
    Poirot
    Poirot

    Messages : 195

    Re: Les One Shot de Eclipse

    Message par Eclipse le Mer 15 Avr - 0:22

    /!\ 'tention, Death Fic en approche! C'est plutôt tristounet, vous êtes prévenus! /!\

    ____________________________________________________________________________________


    Je te rejoindrais


    Aucune lune n'éclairait la ville. Aucune étoile ne brillait là-haut. Tout était caché par d'épais nuages, plongeant la ville dans le noir.
    Non, pas un vrai noir. Comme toutes les nuits, la ville se battait à l'aide de ses lampadaires pour faire reculer l'obscurité. Même autour de cette grande maison, située dans une zone résidentielle.
    La plupart des gens apprécient cette lutte contre l'obscurité. Pour leur sécurité lorsqu'ils sortent le soir, et tout simplement parce qu'ils n'aiment pas ne rien voir.
    Pourtant, dans cette maison, il y a quelqu'un qui aimerait tant que les lumières s'éteignent. Ne plus rien voir, et surtout pas elle-même. Alors qu'elle ne parvient pas à dormir, elle repousse les couvertures, se lève, s'éloigne des lits placés côtes à côtes, éloignés d'environ un mètre l'un de l'autre.
    Elle passe dans la pièce principale, soupire en voyant la lumière des lampadaires, là dehors, empêcher l'obscurité totale de s'installer.
    Se crispe en pensant à pourquoi elle désire l'obscurité.
    Douce souffrance...
    Non, pas douce. L'obscurité ne permet pas de voir clairement la silhouette debout dans cette pièce, ne permet pas de voir son expression de souffrance, ses tremblements. Une main fermée portée à son cœur, on pourrait la croire immobile, simplement songeuse...
    Il n'en est rien.
    Son cœur s'affole à la vue de ses souvenirs. Sa respiration s'emballe. Elle tremble. Elle sent sa vue, déjà faible avec le peu de luminosité, devenir encore plus floue et un liquide ruisseler sur ses joues.
    Elle pleure.
    Elle ne veut plus se voir. Elle ne veut plus voir le monde, elle ne veut plus rester ici.
    Pourquoi est-elle toujours là ? Cela fait si longtemps qu'elle aurait dû partir...
    Si elle n'avait pas été là !
    Si elle n'avait pas été là...
    Le bruit d'une voiture surgit soudain, transperçant doucement le silence. Elle passe dans la rue, ses phares éclairant l'intérieur de la maison au passage.
    Éclairant une fillette de 7 ans qui n'en était pas vraiment une, en larmes.
    Comment pourrait-elle dormir après ce qui s'est passé ? Comment pourrait-elle s'en remettre ?
    Comment pourrait-elle continuer à vivre ?
    Dans sa tête, des images. Des flashs. Des cauchemars devenus des souvenirs.
    Il y avait d'abord eu ses parents, il y a longtemps, alors qu'elle était encore trop petite pour s'en souvenir.
    Puis sa sœur, lâchement assassinée par Eux. Elle aurait dû mourir à ce moment-là, ainsi elle n'aurait pas mis tout le monde en danger.
    Et Il ne serait pas mort...
    D'autres flashs arrivent. Se font plus pressants. La submergent.
    Cet idiot...
    Comme chaque fois qu'il trouvait quelque chose sur Eux, il avait décidé de faire cavalier seul, pour la protéger.
    Et cette fois, il en était mort.
    Dans l'esprit de Ai, l'image de Conan flottait. Pas le corps que la police avait retrouvé, Conan tel qu'il était la dernière fois qu'elle l'avait vu.
    Souriant, sûr de lui, ses yeux brillant d'un éclat particulier. Cette certitude qu'il avait de trouver enfin de quoi éliminer l'Organisation, de trouver de quoi leur permettre de retrouver leur vraie taille, à tous les deux.
    En voyant ce visage dans son esprit, son cœur accéléra. En sachant qu'elle ne le verrait plus jamais, son cœur se comprima un peu plus.
    Elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas qu'il soit partit. Il y avait tant de choses qu'il ignorait...
    Est-ce qu'elle aurait dû lui dire tout ce qu'elle savait sur l'Organisation, au lieu de lui cacher des choses comme elle l'avait fait ? Elle pensait le protéger, mais si c'était à cause de ces données manquantes qu'il était mort ?
    Et surtout... Aurait-elle du lui dire avant qu'elle l'aimait ?
    La respiration d'Ai s'apaisa brusquement. Jusqu'à devenir imperceptible.
    Elle revoyait le regard de Conan sur elle. Parfois agacé, parfois plein de force, de promesses. Promesse de la protéger.
    Et puis son regard alors qu'il regardait Ran. Alors qu'il regardait l'amour de sa vie, si près, et pourtant si loin de lui...
    Ai hoqueta. Se força à respirer calmement.
    Conan... Non, Shinichi.
    Edogawa-kun. Kudo-kun.
    Partis.
    Que ce serait-il passé s'il était resté ?
    Ai se força à rester calme, à respirer normalement.
    Si Conan avait survécu, s'il avait réussi à détruire l'Organisation et à récupérer l'APTX 4869, il serait allé vivre avec Ran. Aurait-elle pu le supporter ?
    Qui sait, aurait-il changé d'avis si elle lui avait dit ses sentiments ? Ran aurait-elle été lassée de l'attendre ?
    Non. Elle savait que Ran ne se serait pas lassée. Elle savait que Conan serait quand même retourné vers elle, et qu'elle aurait dû se contenter de voir son bonheur de loin.
    Pourtant... Pourtant, voir Shinichi retourner avec Ran, et être heureux, cela lui aurait suffi. Et c'était mille fois préférable à sa mort.
    Shinichi... Comment expliquer à Ran que Conan n'était pas le seul qu'elle ne reverrait jamais ? Elle ne l'avait pas encore compris, n'avait même pas compris que Conan n'avait pas simplement disparu.
    Oui... Son corps avait été retrouvé, mais impossible à identifier. Si le professeur Agasa n'avait pas su ce qu'il préparait et où il s'était rendu, ils n'auraient jamais compris que ce corps aux proportions enfantines était le sien.
    Ai en était certaine, Conan s'était débrouillé pour que, quitte à mourir, il laisse le moins de trace possible. Pour que l'Organisation ne sache jamais à qui elle avait eu affaire.
    Pour qu'Ils ne puissent pas remonter jusqu'à elle. Jusqu'à eux. Jusqu'à Ran.
    Ai s'approcha du muret délimitant la cuisine et s'y appuya. Sa respiration était presque redevenue normale, mais restait encore trop bruyante pour l'être réellement.
    Les larmes revinrent à la charge.
    L'enfant se laissa glisser jusqu'au sol.
    Que faire ? Sans Conan, elle ne le savait plus. Il était sa motivation pour grandir à nouveau, sa motivation pour chercher l'antidote.
    Sa motivation pour vivre.
    Elle n'avait plus de parents. Plus de sœur.
    Plus de famille.
    Et elle perdait aussi la première et seul lueur dans sa vie. Celle qui lui avait permis de se relever, de recommencer à apprécier la vie, de découvrir des choses qu'elle n'avait jamais connues.
    D'être heureuse.
    Ai se recroquevilla sur elle-même. Les larmes coulent abondamment sur ses joues.
    Bien sûr, il y a le professeur Agasa. Et les Détectives Boys, Ayumi, Genta et Mitsuhiko. Elle pourrait rester avec eux, essayer de se reconstruire encore une fois.
    Mais eux, c'était différent de lui. Lui seul lui avait donné la force de se reconstruire. Sans lui...
    Sans lui, elle n'en avait même plus envie.
    Elle se leva et s'approcha de la porte, prête à sortir. Peu importe où elle irait, juste loin d'ici. Loin de ce qui pourrait lui rappeler Conan.
    Alors qu'elle était proche de la porte d'entrée, son regard tomba sur la maison voisine de la leur.
    La maison Kudo...
    Soudain, l'image de Conan revint dans son esprit, insistante.
    Et une certitude.
    Est-ce qu'il approuverait ce qu'elle était sur le point de faire ?
    Bien sûr que non, mais depuis quand cherchait-elle à ne faire que des choses qu'il approuvait ?
    Cependant, elle n'avait plus envie de sortir.
    Conan n'approuverait pas ses agissements. Il s'était sacrifié pour eux tous. Pour qu'ils survivent.
    Pour elle aussi.
    Il lui avait pardonné ses agissements passés.
    Il n'accepterait jamais qu'elle baisse les bras.
    Ai tourna la tête vers l'endroit où le professeur Agasa dormait encore.
    Lui non plus n'apprécierait pas de la voir baisser les bras. Et comment réagirait-il si elle partait ?
    Et les Détective Boys ? Comment pouvait-elle les laisser seuls à un tel moment ?
    Comptait-elle encore fuir ?
    Il n'y avait plus de larmes.
    Ai essuya ses yeux et ses joues.
    Non, elle ne devait pas fuir. Pas encore.
    Elle fit demi-tour. Descendit dans son laboratoire.
    Elle ouvrit la porte, actionna l'interrupteur. La lumière inonda la pièce. Elle contenait ses recherches sur l'APTX 4869 et sur un possible antidote.
    Était-ce vraiment une bonne idée d'abandonner ses recherches ?
    Non, il ne fallait pas.
    Elle allait le finir cet antidote. Pour lui.
    Et pour elle. Parce que c'était aussi ce qu'il aurait voulu.
    Elle eut un sourire ironique. Il avait toujours été plus impatient de retrouver son vrai corps qu'elle. Ou en tout cas avait toujours eu l'air d'être le plus impatient des deux...
    Elle repensa aux Détectives Boys et au professeur Agasa. Elle pourrait continuer de voir ce dernier, même redevenue adulte, mais les enfants ?
    Elle ne pouvait pas rester parmi eux, même si elle le voulait. Ce n'était pas sa place.
    Mais elle ne partirait pas tout de suite. Elle ne le pouvait pas de toute façon. Elle allait les accompagner dans cette épreuve, les aider à franchir ce mur. Puis elle le franchirait elle-même et redeviendrait adulte...
    Elle avait des choses à mettre au clair, des choses à dire à Ran.
    Ran...
    Ai l'avait longtemps regardée d'un mauvais œil, sans savoir elle-même pourquoi. Sans oser l'admettre. Et puis elle avait compris, avait essayé d'ignorer cette émotion, sans vraiment réussir.
    Mais aujourd'hui, elle se sentait très proche de Ran. Même si elle l'ignorait encore, elle et Ai partageraient la même douleur. Et Ai lui devait des explications.
    Elle pressa le bouton permettant d'allumer l'ordinateur, se plongea dans ses recherches comme elle l'aurait fait en temps normal aujourd'hui s'il n'y avait pas eu cet événement.
    Et elle se mit à chercher. A chercher un moyen de franchir se mur.
    Elle allait rejoindre Conan un jour de toute façon. Ran aussi d'ailleurs. Eux tous. Mais pour eux tous, il fallait que ce soit le plus tard possible.
    Et pour elle aussi.
    Elle voulait le rejoindre, oui. C'était ce qu'elle s'apprêtait à faire tout à l'heure. Mais elle avait changé d'avis.
    Elle allait attendre, comme tout le monde, que son heure vienne. Et en attendant, elle allait essayer de vivre de sorte à n'avoir rien à regretter une fois qu'elle le rejoindrait...


    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
    Pierre Bottero

      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 9:31